Le Corps Mémoire

Centre de ressourcement, mieux-être et connaissance de soi

Du massage de bien-être à la relation d'aide par le toucher

Qu'est ce qui se passe quand je masse ?
Quel est le but, simple et sans cesse renouvelé ?
Réponse : Donner de l'espace.
D'abord, bien sûr un espace corporel. Donner du jeu à ce qui s'est figé, tendu, crispé dans le corps pour plus de souplesse et de liberté de mouvement.

Donner de l'espace aussi à la conscience, à la sensibilité. Quand la tension se dénoue, c'est autant d'espace libéré à la circulation de la conscience.

L'inverse est vrai : quand je me tends, je réprime l'expression du mouvement intérieur (par exemple des sanglots), et pour ne pas sentir ce que je vis comme blessant, je restreins ma sensibilité, je lui coupe les ailes. Au total, je diminue l'étendue de mon être dans l'espace et par là, je suis moins en contact avec les autres et avec moi-même.
Petit à petit, mon horizon se rapproche, les couleurs deviennent ternes, la vie a moins de saveur, je m'éloigne de moi-même en me repliant à l'intérieur.

Pour rester simple : il n'y a que deux mouvements : celui de la rétractation, du repli sur soi et celui de la rencontre, aller à la rencontre.

Le massage de bien-être est une invitation à l'ouverture, à la rencontre.
Mais quand on dit "massage de bien-être", on ne pèse pas forcément tous les mots.
Finalement, est-ce qu'on peut s'occuper de son bien-être sans se soucier de son "mal-être" ? Celui que l'on est venu oublier.
Est-ce qu'on peut remettre une couche de bien-être sur la tension, le stress, l'épuisement, comme on applique une couche de peinture sur ses vieux volets pour les abriter des intempéries ?

La simple intention du bien-être s'oppose à une forme de mal-être. On ne cherche pas le bonheur quand on nage dedans. Je ne dis pas cela pour vous inquiéter, c'est simplement une évidence : nous vivons dans la dualité des contraires, des opposés : je vais recevoir un massage de bien-être pour me sentir mieux. Vous ne pouvez pas dissocier cette recherche de bien-être de l'espoir de quitter le stress, l'insatisfaction, le poids d'une vie qui vous apporte son lot de douleurs.

Et pourquoi y-a-t-il tension finalement ? Qu'est-ce que le corps retient? Qu'est-ce qu'il s'empêche de vivre ? Ce qui fait mal, ce qui blesse.
Et ces tensions ne font qu'amplifier la souffrance.

Alors, OUI, une bonne séance de massage soulagera vos tensions, vous redonnera l'espace de respirer, de sentir votre corps plus vivant, oui.

Mais dans cet espace que vous vous redonnez, vous donnez petit à petit à la conscience la place de se déployer à nouveau. Et la conscience ne fait pas le tri entre bien-être et mal-être. Le but de la conscience, c'est la conscience, c'est tout.
Nous dépassons alors la dualité bien-être / mal-être pour nous orienter vers l'Être. Être, sans limitation.

Plus prosaïquement, si vous ne voulez QUE le bien-être, vous aurez tendance à fuir le mal-être. Et cette fuite vous prive d'une partie de vous-même, qui a besoin d'exister aussi, de s'exprimer. C'est parce qu'elle ne s'exprime pas que se crée la tension, pour réprimer cette expression.
Paradoxalement, la fuite du "mal-être" est à l'origine de la souffrance.
Être, au delà du bien ou du mal, sous peine de vivre sa vie à moitié.

C'est pourquoi, pendant les séances, vous êtes invités à être, à venir à la rencontre, à relacher ce qui peut l'être et à laisser s'exprimer ce qui cherche à le faire en accueillant tout ce qui vient, sans faire le tri.
Cela nécessite parfois du courage, mais surtout de l'humilité. L'humilité de ne pas maîtriser, de s'abandonner.

Le bénéfice ?
Une vie plus libre, une vie réconciliée avec tout ce qui n'a pas pu vivre émotionnellement, affectivement, sensiblement, une vie plus étendue, plus à l'écoute et moins dans l'affrontement.
Finalement, ça vaut le coup, le bien-être !!! (encore un qui n'a rien compris ;-)

Dans une prochaine lettre : La relation d'aide par le toucher

Francis Lemaire

 

S'abonner à la lettre du Corps Mémoire

captcha